L’éco-volontariat : partir en donnant un sens à ses vacances

L’éco-volontariat ou comment allier l’utile à l’agréable ! Le concept : s’engager auprès d’une association afin de réaliser une mission en faveur de la protection de l’environnement. Une occasion de faire un geste pour la planète tout en découvrant une région d’ici ou d’ailleurs… Attention à ne pas le confondre avec son « cousin » l’écotourisme qui est une façon de voyager en limitant son empreinte écologique. L’éco-volontaire s’engage concrètement et activement dans une action citoyenne.

Encore assez peu connue en France, cette nouvelle façon de voyager (aux antipodes du tourisme de masse) s’est inspirée du principe de voyage solidaire de nos voisins anglo-saxons. Aujourd’hui de plus en plus d’associations proposent des missions d’éco-volontariat. Il y en a pour tous les goûts et toutes les sensibilités : protection d’espèces animales en voie de disparition, entretien d’espaces naturels, voyage humanitaire…

Correspondez-vous au profil de l’éco-volontaire ?

Tout le monde peut participer à un voyage éco-volontaire, peu importe son budget et/ou ses compétences scientifique et écologique ! L’unique condition est d’avoir 18 ans. Les 3 qualités principales de l’éco-volontaire ?

–          motivation sans faille

–          ouverture d’esprit

–          sensibilité à la protection de l’environnement

Concernant la durée de l’engagement, c’est en fonction de vos disponibilités, rien n’est imposé. Cela peut aller de plusieurs semaines, pour un chantier nature par exemple, à quelques jours lors d’actions ponctuelles organisées par l’association.

Photo credit: jurvetson via Foter.com / CC BY

Photo credit: jurvetson via Foter.com / CC BY

Je veux partir ! Oui mais quelle destination choisir?

Toutes les destinations sont envisageables, de la région française voisine à un pays du bout du monde ! Si vous manquez d’inspiration, voici quelques idées de voyage :

– Bénévole aux côtés des bergers dans les Pyrénées : partez aider les éleveurs à surveiller leurs troupeaux. Renforcer la présence humaine auprès des animaux domestiques permettra de favoriser la cohabitation entre les activités pastorales et le loup.

– Partir protéger les tortues marines en Grèce : ici la mission de l’éco-volontaire sera de protéger les sites de nidification des tortues dont la population ne cesse de diminuer depuis 50 ans…

– Bénévole au parc Torres au Chili : très fréquenté par les touristes, le parc a besoin de volontaires pour la préservation de ses nombreux sentiers, pourquoi pas vous ?

Si la lecture de cet article vous a donné l’envie de pratiquer ce type de tourisme, voici deux sites pour vous aider dans l’organisation et le choix de votre prochain voyage :

–          http://www.eco-volontaire.com/

–          http://www.ecovoyageurs.com/ecovolontariat.html

Et n’hésitez surtout pas à partager vos expériences avec nous ! 😉

 

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *